PARTIE 3  (6 points) -   FÉMININ, MASCULIN
 
Hormone et activité sexuelle
L’activité sexuelle chez les mammifères repose sur des phénomènes biologiques
 
Document 1 : Evolution de l’activité sexuelle dans un lot de rongeurs mâles castrés et traités à la testostérone.

Source : d’après C. Thibault et M-C Levasseur, la reproduction chez les mammifères et l’Homme, INRA éditions ellipses, 2001
 
Document 2 : Réponses sexuelles d’hommes ne produisant pratiquement pas de testostérone et traités ou non par des injections de testostérone.

Source : d’après le dossier CNDP « Vivre sa sexualité »
 
Document 3 : Les eunuques

Un eunuque est un homme castré. La castration se limite généralement à l’ablation des testicules mais il arrive qu’elle concerne également le pénis.
Dans l’empire ottoman et en Chine, les eunuques étaient affectés à la garde des harems ou sérails, c’est à dire de l’habitation dans lesquelles les épouses et concubines d’un homme important étaient tenues à l’écart du monde. Les hommes non castrés n’y étaient pas admis. on pensait que la castration ôtait les désirs sexuels et la possibilité d’accouplement..
Pourtant… si l’on en croit Voltaire : « le kisler-aga, eunuque parfait, à qui on a tout coupé, a aujourd’hui un sérail à Constantinople : on lui a laissé ses yeux et ses mains, et la nature n’a point perdu ses droits dans son cœur. Les autres eunuques, à qui on n’a coupé que les deux accompagnements de l’organe de la génération, emploient encore souvent cet organe. »
Source : Voltaire, Dictionnaire philosophique, article, « Joseph »
Il semble en effet que si l’ablation des testicules intervient après la puberté, ce qui était le plus fréquent pour les serviteurs, il peut y avoir érection et donc accouplement.
 
QUESTIONS :
À partir de l’étude des documents et des connaissances, répondre aux questions suivantes.
Pour les questions 1, 2 et 3, cocher uniquement la réponse exacte.

  Question 1 :
On s’intéresse au contrôle de l’activité sexuelle des rongeurs mâles.
L’activité sexuelle chez rongeurs mâles :
  1. est importante quelle que soit la concentration de testostérone
  2. n’est pas dépendante des testicules
  3. devient nulles lorsqu’il n’y a pas de testostérone
  4. n’est pas sous dépendance hormonale
Réponse 3. Le document 1 montre clairement que suite à la castration l'activité sexuelle (2 faux car ce sont les testicules qui produisent la testostérone) - mesurée en % d'éjaculation !?- devient nulle en moins de 10 semaines et qu'elle reprend environ 5 semaines après le début des injections de testostérone.

Question 2 :
On s’intéresse au contrôle de l’activité sexuelle de l’homme.
L’activité sexuelle chez l’Homme :
  1. ne dépend pas de la testostérone
  2. est en lien avec la quantité de testostérone
  3. devient nulle sans testostérone
  4. est la même quelle que soit la concentration de testostérone
Réponse 2.

  Question 3 :
On s’intéresse au contrôle de l’activité sexuelle des mammifères non primates.
L’activité sexuelle chez les mammifères non primates est :
  1. faiblement dépendante des hormones sexuelles
  2. davantage dépendante des hormones sexuelles que l’activité sexuelle humaine
  3. autant dépendante du circuit de la récompense que l’activité sexuelle humaine
  4. davantage dépendante du circuit de la récompense que l’activité sexuelle humaine
Réponse 2. On serait bien en peine de trouver un élément de réponse dans le sujet à moins que l'on considère dans le doc 2. que l'érection et l'éjaculation n'étant pas totalement supprimées chez les hommes déficients en testostérone (20% de réponse sexuelle) la réponse sexuelle  serait moins dépendante du taux de testostérone chez ces primates !!! Dans ce cas la formulation de la question est trompeuse, même si l'on peut s'attendre à ce que les élèves sachent tous que l'homme est un primate.  Je crains que la réponse ne soit en fait convenue (mais conforme aux mots du programme) si ce n'est idéologique (voir cours de 1eS) ,

Question 4 :
Expliquer pourquoi l’accouplement était possible chez certains eunuques et sans risque de provoquer une grossesse.

Il semblerait que si la castration intervient après la puberté (et ne touche pas la totalité des organes génitaux externes: glandes et pénis, mais se limite aux testicules), l'érection reste possible, ce qui rend l'accouplement possible (doc. 3).