PARTIE 3 (6 points) - FÉMININ - MASCULIN

 QUESTION 1 :
La glaire cervicale est un mucus produit par le col de l'utérus, dont la texture varie au cours du cycle sexuel de la femme. Avant et après la période d'ovulation, le maillage de la glaire est très serré; en période d'ovulation, il se relâche et favorise ainsi le passage des spermatozoïdes vers l'utérus. Voici 2 aspects de la glaire observée au microscope électronique à balayage :

Glaire cervicale pendant l'ovulation.
(X 8 148)

Glaire cervicale avant ou après l'ovulation ou pendant toute la durée de la prise de pilule contraceptive « P ».
(X 4400)

On précise que pendant toute la durée de la prise d'une pilule contraceptive « P » l'aspect de la glaire correspond à celui présenté sur l'image b.
On cherche à expliquer l'effet contraceptif de la pilule « P ».

Cochez uniquement la réponse exacte
L'observation de ces images nous permet de déduire que la pilule « P» exerce son effet contraceptif en :

  1. détruisant au niveau du col de l'utérus la glaire cervicale
  2. facilitant le passage des spermatozoïdes vers la cavité utérine
  3. bloquant le passage des spermatozoïdes vers la cavité utérine
  4. provoquant le relâchement du maillage de la glaire cervicale.

 La proposition 3 est seule exacte.

 

QUESTION 2 :
La chlamydiose est une infection sexuellement transmissible (IST) provoquée par un micro-organisme nommé Chlamydia qui touche environ 1 million de personnes chaque année en France. Elle passe inaperçue la plupart du temps, 85 à 90% des individus infectés ne présentant aucun symptôme.

Une infection à Chlamydia guérit à l'aide de traitements antibiotiques, entrepris dès que la maladie est dépistée. Non traitée, ou traitée tardivement, elle peut aboutir à une baisse importante de la fertilité, voire à une stérilité.

Le schéma ci-dessous présente les conséquences d'une chlamydiose chez une femme.

2-a) En utilisant le document, énumérez les conseils pour limiter la propagation de la maladie dans la population.

La chlamydiose étant asymptomatique dans 80 à 90% des cas on ne peut que s'appuyer sur des comportements systématiques, mais il est évident que ces IST se développent dans certaines populations à risque (hygiène douteuse, nombre important de partenaires, déficience immunitaire...). Les obstructions tubaires sont très fréquemment la conséquence de chlamydioses non traitées.
Comme pour toutes les IST on conseille habituellement
(je ne vois pas ces renseignements dans les documents fournis... dont on ne sait pas trop quoi faire pour répondre à la question):
- une hygiène corporelle soigneuse
- un dépistage
- une consultation à la moindre fièvre étant impossible c'est évidemment au médecin de suspecter l'IST et de proposer un traitement antibiotique.
- l'utilisation du préservatif peut parfois faire baisser le taux de transmission de l'IST (assez net pour le SIDA) mais il n'est en aucun cas une barrière efficace.

2-b) On s'intéresse à la stérilité résultant d'une infection par Chlamydia non traitée.
Cochez uniquement la réponse exacte
Une infection par chlamydiae non traitée peut conduire à une stérilité, car elle empêche :

  1. l'ovulation
  2. la nidation
  3. l'entrée des spermatozoïdes dans l'utérus
  4. la rencontre de l'ovule et du spermatozoïde

 La proposition 4 est seule exacte.

QUESTION 3 :

Le graphique ci-dessous présente l'évolution des concentrations plasmatiques de deux hormones testiculaires, l'AMH (hormone anti-müllérienne) et la testostérone chez un garçon.

Chez le fœtus masculin, entre la 8ème semaine et le 3ème mois de grossesse, se mettent en place les voies génitales masculines, qui acquerront leur fonctionnalité à la puberté, vers 13 ans

On s'intéresse à l'éventuelle implication des hormones, testostérone et AMH, dans la mise en place et l'acquisition de la fonctionnalité de l'appareil sexuel masculin.

Cochez uniquement la réponse exacte
L'observation des dosages hormonaux au cours du temps permet de formuler l'hypothèse suivante :

  1. Seule la testostérone est nécessaire à la mise en place des voies génitales
  2. Seule la testostérone est nécessaire à l'acquisition de la fonctionnalité de l'appareil génital
  3. Seule l'AMH est nécessaire à la mise en place des voies génitales
  4. Seule l'AMH est nécessaire à l'acquisition de la fonctionnalité de l'appareil génital

Seule la proposition 4 semble exacte au vu des formulations des autres propositions. En effet l'AMH est nécessaire à la régression des canaux de Müller chez le garçon, alors que la testostérone assure la transformation des voies génitales. Après la naissance la testostérone est produite en faible quantité, car les testicules ne sont pas fonctionnels. Par contre l'AMH continue d'être produite par le testicule et participe à la formation des voies génitales différenciées. Avant la puberté la testostérone devient prépondérante et c'est elle qui assurera la fonction sexuelle.