PARTIE 1 (8 points) - REPRÉSENTATION VISUELLE
 

Madame A teste des lunettes adaptées à la presbytie chez son pharmacien et elle ne constate aucune amélioration de ses troubles visuels. Elle consulte un ophtalmologue qui suppose une maladie rétinienne et pratique des examens dont les résultats et l’explication de sa pathologie figurent dans le document 1.
 

Document 1 : imagerie et description de la pathologie


 

Document 2 : comparaison du trajet de la lumière dans un oeil normal et un oeil presbyte



Cette maladie est liée à une contraction de l’humeur vitrée qui provoque un "trou" au niveau de la rétine occasionnant une baisse d’acuité visuelle de près.

L’ophtalmologue prévoit de lui pratiquer une vitrectomie (ablation de l’humeur vitrée remplacée par un liquide physiologique), suivie d’un traitement de la rétine qui devrait corriger son problème.

Document 3 : acuité visuelle et organisation de la rétine



COMMENTAIRE RÉDIGÉ :

Expliquez l’origine des anomalies visuelles de madame A et les raisons qui l'avaient amenée à penser à une presbytie.

Vous développerez votre argumentation en vous appuyant sur les documents et vos connaissances (qui intègrent, entre autres, les connaissances acquises dans différents champs disciplinaires).

ÉLÉMENTS DE CORRECTION
Le fond de l'œil ne permet pas, pour des spécialistes que nous ne sommes pas de distinguer autre chose qu la zone maculaire (macula densa ou tâche jaune) avec quelques vaisseaux sanguins qui y convergent ou en partent. On distingue par contre très bien la tâche aveugle - à sa droite -  d'où partent tous les vaisseaux sanguins. Les examens par tomographie optique à cohérence (OTC) utilisent une technique inconnue (non renseignée dans le sujet) et qui permet de faire des coupes (tomographie = coupe) dans la rétine. On observe ainsi qu'au niveau de la fovéa (tâche jaune) située au centre de la macula densa (2e photo qui est celle d'un patient sain), la rétine de Mme A présente un décollement avec rupture de la continuité de la rétine nerveuse et une rupture entre la couche nerveuse et la couche pigmentaire. Ce trou est sans aucun doute à l'origine des troubles visuels de Mme A qui ne sont pas précisés dans le sujet. Comme elle a pensé qu'elle pourrait souffrir d'une presbytie, on peut penser que ces troubles seraient une vision floue centrale (dans le centre du champ de vision). Chez les presbytes en effet il y a un durcissement du cristallin - processus naturel à partir d'un certain âge - et donc un défaut d'accomodation, qui empêche donc de voir net les détails fins, notamment au centre du champ de vision. En effet c'est au centre de l'œil - de part et d'autre de l'axe optique - que se trouvent (doc 3) le plus grand nombre de cellules - les cônes - qui rendent l'acuité visuelle maximale. La vision de près floue des presbytes est donc fort différente de celle de Mme A : celle des presbytes est un manque de souplesse de la lentille naturelle qu'est le cristallin - ce qui n'est pas une maladie mais un vieillissement naturel -, alors que celle de Mme A est une lésion de la rétine au niveau de l'axe optique. Le traitement proposé consiste à tenter de rétablir la continuité entre les couches rétiniennes de la macula densa en augmentant la pression du liquide (humeur vitrée) située dans la chambre postérieure de l'œil. On injecte à la place de l'humeur vitrée défaillante un liquide physiologique sous pression afin d'aider les couches rétiniennes à se remettre en place. On sait maintenant cicatriser le tissu rétinien (comme ne nombrexu autres tissus) à l'aide de faisceaux laser qui chauffent très localement les zones lésées et aident à la coagulation-cicatrisation.